Accueil

L’APSH créée en 2008, regroupe 392 Professionnels de santé avec pour principal objectif de développer la santé environnementale et donc la prévention primaire.

Docteur Philippe RICHARD

En effet, il est préférable d’éviter de développer des maladies (même si on les traite de mieux en mieux) et pour cela améliorer notre environnement.
Nos actions sont à la fois nationales (dans le cadre du Réseau Environnement Santé) régionales et locales. Nous luttons en particulier contre l’incinération des déchets (essentiellement Flamoval) depuis la création de notre association.
En effet, de nombreuses études montrent la toxicité des incinérateurs, la plus importante d’entre elles étant celle de l’INVS publiée en 2008 qui montrait une augmentation de l’incidence des cancers autour des incinérateurs. Même si les nouveaux incinérateurs réduisent considérablement l’émission de quelques toxiques, les centaines de polluants non contrôlés émis par ce type de traitement des déchets restent évidemment délétères pour notre santé.

Après avoir informé la population et les élus, Flamoval a malheureusement été autorisé et construit. L’incinérateur fonctionne depuis 2012.
En tant que lanceur d’alerte, l’APSH a déposé un premier recours au tribunal administratif de Lille ayant abouti à l’annulation de l’autorisation d’exploiter le 21 décembre 2012. Depuis septembre 2014, un nouvel arrêté préfectoral autorise son fonctionnement et nous avons donc déposé un nouveau recours au tribunal administratif en avril 2015, recours qui n’est pas encore jugé.
Après nous être intéressés aux risques sanitaires liés à l’incinération des déchets, aux anomalies du dossier de demande d’autorisation d’exploiter, les décideurs nous ont rapidement demandé quelles alternatives nous proposions.
Nous avons cité en exemple la Communauté de Communes de la Porte d’Alsace. Grâce à une volonté politique développant le réemploi, le recyclage, la quantité d’ordures ménagères résiduelles a considérablement baissé (76 kilos par an et par habitant) soit environ un tiers du volume des déchets que nous produisons sur le territoire du SMFM.
Ces alternatives respectent les matières premières, sont moins polluantes et de surcroît sont créatrices de centaines d’emplois dans les différentes filières de recyclage des déchets.

Actuellement, l’incinérateur ne respecte pas la Directive Européenne de 2008 et Flamoval continue à brûler des bio-déchets (épluchures et différents végétaux) et par ailleurs n’utilise pas la vapeur émise pour une cogénération. En effet, à ce jour, il n’existe toujours de repreneur pour acheter la vapeur.
C’est pourquoi, nous avons récemment demandé au Président du SMFM de faire une étude pour développer les filières de réemploi et de recyclage d’une part et d’autre part, envisager la fermeture de l’incinérateur à court ou moyen terme. Cette demande a fait l’objet d’un vote en séance de SMFM le 21 octobre 2015 qui a conduit à refuser notre proposition.

Pourtant,comme nous l’avions annoncé dès 2008, cet incinérateur est surdimensionné(il n’y a pas assez d’ordures ménagères résiduelles à bruler).
Tout récemment, nous avons appris que le SMFM avait demandé une modification de l’Arrêté Préfectoral du 30 septembre 2014 pour élargir la zone de provenance des déchets et bruler des déchets industriels, sans aucune concertation préalable…

En dehors de nos actions juridiques, nous continuons à informer la population et les élus qui veulent bien nous écouter sur la nécessité de revoir la gestion de nos ordures ménagères d’autant que la région du Nord Pas de Calais a le plus mauvais état sanitaire de France : il convient donc de ne pas rajouter une pollution supplémentaire inutile. Nous avons donc imprimé des tracts qui vous seront distribués et des affiches pour ceux qui sont intéressés.

Docteur Philippe RICHARD
Président de l’APSH